Vendredi, janvier 12, 2018 - 11:23

Les 10 dernières années Vanparijs Engineers a construit plus de 20 centrales de cogénération dans le secteur belge des soins de santé, dont 4MW uniquement dans les hôpitaux bruxellois. Entretemps, les premières installations sont prêtes à être remplacées. Il est temps de regarder en arrière et de jeter un œil sur le passé, le présent et le futur de la cogénération dans le secteur des soins.

 

Le marché en croissance devient un marché de remplacement

Le temps où chaque hôpital investissait dans la cogénération – ou au moins envisageait de le faire - semble être fini. La législation n’est pas en faveur des hôpitaux : il s’agit souvent de dossiers d’appel d’offres complexes avec des critères d’attribution très spécifiques. D’autre part les règlements régissant les certificats sont moins favorables aujourd’hui qu’il y a quelques années.

De plus, pour les hôpitaux qui veulent faire des économies sur leur facture énergétique, la cogénération n’est pas la seule possibilité. Il suffit de penser aux panneaux photovoltaïques, la géothermie, la construction passive, l’énergie éolienne, etc... Ceci implique souvent des investissements lourds pour un hôpital et il est important faire le bon choix entre coûts et bénéfices.

Sébastien Farinotti, co-CEO de Vanparijs Engineers déclare : « L’achat n’est qu’un élément. Dans le tableau financier total ce sont avant tout les coûts d’entretien, la durée de vie et la performance de la cogénération qui prévalent. Nous essayons toujours d’élaborer un concept sur mesure, avec une attention particulière au retour sur le long terme. Nous pouvons par exemple optimiser le rendement en adaptant la répartition de la chaleur afin de réduire le plus possible la température de retour. Ou encore, en stockant la chaleur qui ne peut être consommée immédiatement, dans des réservoirs tampon pour l’utiliser aux moments où le besoin est élevé ».

Actuellement, nous voyons que se sont surtout les hôpitaux de taille petite et moyenne qui envisagent encore de passer à la cogénération. À côté du « marché de la construction neuve», le marché de remplacement est à la hausse ces dernières années. La première installation de cogénération de Vanparijs Engineers dans le secteur de la santé a été construite en 2004 à la Clinique des Frères Alexiens à Henri-Chapelle. “En 2014 nous y avons remplacé la cogénération existante parce que le rendement électrique était à peine 31%. La nouvelle installation a un rendement nettement supérieur, même 7% plus élevé. En ce moment nous avons également un projet de remplacement dans l’Hôpital St. Vincent à Anvers. Il est donc certainement intéressant de remplacer une vieille cogénération par une machine plus récente et donc plus rentable.”, explique Tomas Geeraert, Sales Account Manager de Vanparijs Engineers.

 

Plus qu’une simple cogénération

Comme une cogénération est généralement intégrée dans la production d’énergie existante – lire : la chaufferie – d’un hôpital, l’optimisation de l’efficacité énergétique va souvent plus loin que le simple placement une cogénération. Dans le secteur des soins de la Région de Bruxelles-Capitale Vanparijs Engineers construit et exploite actuellement plusieurs projets de cogénération portant sur un champ plus vaste de production et de distribution de chaleur.

La combinaison de la cogénération avec une diminution de la température de retour de l’eau par un contrôle permanent du débit distribué ou l’installation de réservoirs tampon pour le stockage temporaire de chaleur, en sont quelques exemples. Ceci a été appliqué e.a. dans la rénovation de la CHU Saint-Pierre et du Campus Horta de l’hôpital Brugmann. Dans ces deux hôpitaux une cogénération de 1560kWe a été combinée avec des réservoirs tampon et un contrôle par débit variable pour optimiser l’efficacité de la cogen.

Un projet similaire dans la région Flamande : l’UZ Antwerpen a non seulement construit une installation de cogénération, mais également rénové la production d’eau chaude sanitaire. Un investissement qui permet à l’hôpital d’économiser environ 30 % sur la facture annuelle d’énergie.

Le projet de cogénération le plus récent de Vanparijs Engineers a été achevé cet été dans le Centre Hospitalier Valida, également à Bruxelles, où la chaufferie existante devait être mise à jour. Les anciennes chaudières au gaz naturel et au mazout ont été remplacées par des chaudières à haute efficacité et complétées par une cogénération de 150kWe. Tout comme dans les autres hôpitaux, les travaux ont été réalisés sans interruption de l’approvisionnement énergétique de l’hôpital.

 

Qu’apportera le futur ?

A l’heure actuelle encore un autre projet est en cours à Bruxelles : le nouvel hôpital du Centre Hospitalier Régional Edith Cavell (CHIREC) à Auderghem, sur le site Delta. « C’est une nouvelle construction avec beaucoup de technologies respectueuses de l’énergie (pompes à chaleur, installations photovoltaïques, cogénération...). Nous y installons début 2018 une cogénération de 600 kW dans la chaufferie et il y a encore de la place pour une cogen supplémentaire à l’avenir, » déclare Tomas Geeraert.

Beaucoup d’investissements futurs dans les hôpitaux sont dédiés à la transition énergétique. Pour contribuer à la lutte contre le changement climatique, Vanparijs Engineers – depuis 2016 partie d’EDF Luminus – aide ses clients dans cette transition avec des solutions innovantes dans le domaine de l’efficacité énergétique.

En termes concrets, cela signifie pour les hôpitaux par exemple, l’élaboration d’un modèle de financement pour les installations de cogénération, dont le CAPEX est porté par EDF Luminus comme tiers investisseur. D’autres options incluent l’adjonction d’une plus grande flexibilité à la cogénération existante par l’installation de groupes de secours ou systèmes no-break, la combinaison de la cogénération avec d’autres énergies renouvelables telles que panneaux solaires ou éolienne, ou éventuellement l’utilisation de la cogénération comme alimentation de secours pour des utilisateurs non critiques.

 

Contactez-nous pour plus d'infos